vieux-port-de-nuit

Photo de marseilletourisme.fr

 

 

Nous ignorons bien souvent le pourquoi de certains objets, traditions, habitudes, expressions…

Nous les apprécions ou non, nous les utilisons parfois sans chercher leur origine.

Aujourd'hui j'ai choisi de vous parler d'un objet, plus exactement un bijou.

 

Mon mari m'avait offert il y a de cela fort longtemps, deux bracelets "marseillais". Ils étaient très à la mode à ce moment là et connaissant mon goût pour les bijoux ainsi que la mode, il avait eu la délicatesse de penser à m'en offrir.

Ce présent me fit plaisir pour l'attention tout d'abord, mais il est vrai qu'il n'y avait rien d'exceptionnel m'ayant toujours habituée à un tel comportement. J'ai donc porté ces bijoux très à la mode qui avait la référence de ma ville voisine Marseille. Mais pourquoi cette appellation ! A l'époque je n'avais pas cherché à en savoir plus…

Plusieurs années plus tard j'ai appris l'histoire de ce bijou marseillais contée par ma cousine de Marseille.

Au XIXè siècle à Marseille, dès la naissance d'une fille une boule d'or façon perle était offerte à l'enfant. Cette boule n'était que la première d'une série qu'elle recevrait chaque année pour arriver jusqu'à sa seizième année et au résultat final d'un collier.

Cette tradition se perpétuait dans la famille des revendeuses de Marseille.

La plupart étaient poissonnières, et le travail assez difficile qui consistait souvent à vendre le poissont pêché par leurs maris lorsque ceux-ci étaient eux mêmes pêcheurs, ou en achetant le poisson aux pêcheurs pour le revendre ensuite sur le port, sous les halles ou dans des quartiers éloignés du port. 

Elles allaient ainsi vendre leurs poissons en traversant une partie de la ville avec un panier à chaque bras, sans oublier la balance romaine qu'elles attachaient à la ceinture. Ces femmes qui ne retiraient que des revenus modestes de la revente des poissons préparaient l'avenir de leur fille en économisant sur leurs maigres recettes pour offrir chaque année une nouvelle boule d'or.

Certaines boules étaient pleines, mais le plus souvent elles étaient creuses et pas toujours de la même grosseur. La plus grosse se retrouverait plus tard au centre du collier avec les autres de tailles plus modestes qui viendraient orner chaque aile du collier.

Les perles dorées étaient reliées entre elles par un cordonnet pour former le collier, mais au cours des années le cordon s'usait et cassait.

La crainte de perdre ce trésor si difficilement acquis durant seize années de travail, modifia au cours des ans la manière de relier les boules du collier. C'est ainsi que le lacet fut remplacé par une chaine d'or.

Voilà le fameux et très beau collier marseillais qui encore aujourd'hui orne le cou des femmes du Sud. Car bien sûr les femmes de la bourgeoisie voulurent porter elles aussi ce beau collier et les bijoutiers trouvèrent là une bonne occasion de proposer à cette clientèle aisée ce bijou sans avoir besoin d'économiser durant seize années.

Il existe depuis différentes variantes de ce collier qui se décline aussi en bracelet.

Le prix de l'or étant ce qu'il est… vous pouvez choisir actuellement des bracelets ou collier en métal moins noble que l'or mais tout aussi beau. Les perles peuvent être d'acier, d'argent, plaqué or, où se parer des couleurs des pierres précieuses ou semi précieuses…

Beaucoup de femmes à Marseille ont eu ce collier en héritage… malheureusement beaucoup aussi ne veulent plus porter de collier, chaîne et autre bijoux à cause des arracheurs de colliers !

Il y a un an, à midi et alors qu'il y avait du monde dans la rue, une femme crie et toute affolée entre dans la pharmacie où je me trouvais. Elle venait de se faire arracher sa petite chaîne ainsi que son pendentif devant le commerce. 

Il est préférable de porter ses bijoux sous un foulard en hiver, quant aux beaux jours ……

 

 

 

NB :

Suite au commentaire de Alainx, j'ai tenté moi aussi de retrouver non pas la légende mais bien l'histoire du collier marseillais. Je reconnais qu'il n'y a pas grand chose sur le sujet en dehors des publicités pour la vente de ce bijou …

Mais l'histoire de ce collier est bien réelle.

Je rajoute donc ce qui suit :

 

Voici un petit extrait du Guide Marseille Insolite et Secrète, de Jean-Pierre Cassely qui nous parle de cette histoire :
"Le collier marseillais, d’une longueur de 45 centimètres, est composé de boules d’or creuses disposées en chute, de 5 à 10 mm de diamètre, reliées entre elles par un maillage également en or.
La plus grosse boule du collier marseillais est positionnée au centre du collier et les plus petites à l’arrière.
Si cet article élégant et incontournable du trousseau ornemental féminin marseillais se vend toujours avec succès,
En revanche, la tradition qui précédait son obtention par la jeune fille, a été abandonnée.
Au départ, l’idée d’acheter des boules d’or est née vers le XVIIIe siècle dans la corporation des « partisanes » (revendeuses sur les marchés).
Elles les enfilaient sur un simple fil noir et les gardaient sur elles en permanence.………"

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En réponse à Chinou, je publie une photo personnelle des bracelets plus fantaisie avec chaine d'or garnie de pierres semi-précieuses. 

 

 

 

IMG_6109

 Photo personnelle

 

 Voici une photo d'un collier marseillais avec boules d'or. Ici elles sont régulières car il s'agit d'un bijou moderne d'un bijoutier marseillais connu pour ce genre de bijoux.

A l'époque, les femmes n'avaient sans doute pas toujours la même somme à mettre de côté pour continuer le collier…