Aussi doux que le mot maman, celui de papa couvre lui aussi tous mes souvenirs d'enfance.

Son regard rieur et aussi bleu qu'un ciel de printemps au lever du jour, ce rayon bleu si clair qui se découvre dans la lumière de l'aube d'un nouveau matin.

Son sourire faisait l'unanimité auprès de nos connaissances qui semblaient le découvrir à chaque fois comme au premier jour. C'était des ah! le sourire de M.… toujours agréable à croiser que ce soit dans l'immeuble ou ailleurs, et toujours un mot agréable ou une petite plaisanterie.

Mes amies s'étonnaient de ce visage souriant qui nous accueillait et nous emmenait en promenade. Elles n'avaient pas le même modèle à la maison, plutôt l'inverse même et c'est moi qui était étonnée lorsqu'elles me racontaient les colères et punitions qu'elles avaient plus l'habitude de connaître avec leurs pères.

 

 

tempImagesngUwc

 

Le résultat était que les amies étant toujours les bienvenues à la maison, elles préféraient venir se mêler à notre grande famille bruyante alors que je n'allais presque jamais chez elles.

Pas d'interdiction de parler, bien au contraire, nos questions étaient les bienvenues même si cela entraînait parfois quelques petits accrochages entre frères et soeurs pour parler le premier…

Pas de coups de ceinture (oui, une amie y avait droit !!), pas de dessert ou repas supprimé en punition et encore moins de fessées ou autre atteinte corporelle.

Papa estimait que la parole, la discussion plus ou moins poussée selon l'âge, était une façon normale de comprendre et remédier aux débordements qui empiétaient sur certaines notes scolaires. Pour les disputes de la fratrie, ou les ampoules cassées au cours d'un lancer de ballon, ou autres soucis journaliers, maman réglait cela sur le moment… enfin disons qu'elle se mettait en colère et faisait la grosse voix en promettant un châtiment mais celui-ci n'arrivait jamais ! 

 

tempImagepyUkCr

Bien sûr qu'il y avait des cris, des pleurs, des bouderies, des fâcheries, des ententes entre les uns contre les autres souvent, mais combien de "je ne te parle plus jamais" ne duraient que l'espace d'un coucher de soleil.

tempImagesQPB8J

Telle une envolée d'oiseaux, nous piaillions et partions dans des pièces opposées les larmes aux yeux et le visage faché, mais le soir nous étions tous réunifiés dans l'attente du bonne nuit qui nous garantissait que demain tout recommencerait.

Les jours se ressemblaient entre amours et disputes, le tout assaisonné des cris de maman qui tentait de calmer certains jeux, mais également le temps qu'elle passait à apprendre à celle qui le demandait le point rivière aux aiguilles ou bien comment tenir ce crochet qui glisse sans cesse.

Et moi, mon endroit préféré, à ses côtés la regardant cuisiner et lui posant des"pourquoi" pas plus de ceci ou moins de cela…

 

L'arrivée de papa nous retrouvait vite autour de la grande table pour le repas de midi, papa devant repartir au travail.

Enfin, le soir papa revenait et avait plus de temps pour nous écouter lui raconter notre journée.

Le dimanche à tour de rôle nous l'accompagnions pour choisir les gâteaux selon les préférences de chacun.

Tulipe à la crème de marron et chantilly pour l'une, un Russe pour l'autre, Religieuse, Choux caramélisé… ainsi défilaient les demandes dont nous étions les garants des choix du reste de la fratrie. Nous, bénéficiaires de la joie d'accompagner papa, nous avions la lourde tâche de ne pas nous tromper sur le choix des gâteaux, sinon gare aux chamailleries.

Et papa au milieu de tout cela si fier de nous emmener avec lui chez les commerçants. 

A7DF3293-E357-44C3-BDB4-103EA1594C8C

Cela me semblait si naturel et si normal d'avoir un tel papa qui souriait encore et toujours lorsqu'il lisait son journal et que je venais m'asseoir sur ses genoux lui demandant si il ne préférait pas un gâté de sa fille adorée plutôt que lire le journal ! Il laissait tomber le journal et me caressait les cheveux, et moi j'étais la plus heureuse.

Notre petit désaccord principal venait de la cigarette. Lorsqu'il fumait je venais près de son oreille et je lui disais que je l'aimais mais que je n'aimais pas qu'il fume. Une caresse et un sourire, mais j'avais raison. La cigarette me l'a enlevé beaucoup trop tôt.

 

11EAA849-6779-4FE4-BFBE-E41432A39BFF

 

Tu as connu l'inconnu lorsque tu ne savais où mettre à l'abri toute notre famille qui ne comptait que sur toi papa.

Tu as dû en passer des nuits blanches à te demander comment continuer à nous assurer un toît et nous faire vivre avec en plus la famille maternelle, grand-mère, oncles, tantes.

Là encore tu n'as rien laissé paraître, tu t'es battu pour t'en sortir, tu as été spolié par fraude en une soi disant contre partie pour du travail, tu as risqué ta vie pour retourner et tenter de continuer à travailler pour nous fournir le nécessaire en attendant que les adultes de la famille maternelle trouvent leur chemin.

Tu as tenté de sauver le lit et l'armoire de sa chambre qu'elle aimait tant… mais un bain volontaire dans la mer avant que nous puissions en prendre livraison nous fit découvrir un bois moisi, souvenir du seul bien que tu avais tant voulu sauver pour ta femme tant aimée.

Tu as recommencé à zéro et repris ton parcours du début de ta jeunesse comme si toute ta vie d'avant n'avait jamais existée.

Nous avons tous et toutes mis à l'arrêt nos rêves de futur pour nous aussi participer aux besoins les plus essentiels de la famille. Rester ensemble et affronter l'adversité, tout cela papa grâce à toi.

Comme j'aurais aimé te faire connaître mon fils et qu'il puisse lui aussi te faire des gâtés en riant de joie d'avoir un papi si souriant. 

Il a tes yeux et donc ceux de mes frères… La vie continue au travers de cette ressemblance qui se perpétue ainsi entre toi papa, mes frères, mon fils… et mes petits-fils.

Tu as laissé ton empreinte non seulement dans mes souvenirs, mais sur le visage des garçons de la famille. 

Tu nous a montré que nous devons toujours rester debout pour affronter l'adversité, ne pas mettre le genou à terre au risque de ne plus jamais pouvoir se relever.

 

tempImageSljKx1

Continue de voler au dessus de nous dans le bleu du ciel et dans les yeux de ceux qui t'aiment.

 

💙💙Merci PAPA💙💙

💙