110573

Vue depuis le site du château 

 

Je reviens aujourd’hui sur une belle histoire qui concerne l’agréable ville ensoleillée de Nice.

Je vous avais raconté le canon de midi qui tonne chaque jour au dessus de Nice…

 

LE CANON DE MIDI - amenaviguante

D'après Wikipédia la définition du "canon de midi" est celle-ci : Un canon de midi ou canon solaire est un canon utilisé pour avertir de l' heure de midi et pour régler les montres personnelles à des époques où celles-ci étaient insuffisamment régulées.

http://amenaviguante.canalblog.com


Cette fois je mets à l’honneur une femme bien connue des Niçois, je vous parle de  Catherine Ségurane.

 

En ce temps là la ville de Nice était rattachée à la Savoie… et c’est bien là que tout à commencé !

 

François 1er en conflit avec le Duc de Savoie, allié de Charles Quint, se voyait bien lui ravir Nice.

Bon, François 1er et Charles Quint qui avaient conclu une trêve de 10 ans entre amis, au bout de 10 ans et bien comme beaucoup d’amis… terminée la belle amitié !!

Je dirais que cela explique n'est-ce pas cette envie de prendre Nice au Duc de Savoie !

Et nous renvoie à notre propre sphère privée et quelques "amitiés" qui ont des difficultés à tenir sur le long terme n’est-ce pas !

Capture d’écran 2019-10-15 à 14

 François 1er

Donc François 1er , souverain très chrétien, et Sulliman le Magnifique, l’infidèle le plus influent,  deviennent amis et signent un accord contre leur ennemi commun: l’empereur Charles Quint…  

L'amitié a parfois de très bons arguments pour réunir certaines personnes !

Vous suivez jusqu’ici ces histoires d’amis et de fâcherie … 

 

Tout est en place pour continuer mon histoire sur Nice… Non ! j’ai oublié de vous parler de Barberousse. Oui, il y a dans l’histoire cet amiral Barberousse dont le seul nom fait frémir de peur tous les équipages des navires qui voguent sur la Méditerranée.

 

Capture d’écran 2019-10-15 à 13

Barberousse

 

Au départ Barberousse devait être un gentil bébé lorsqu’il naît dans une famille chrétienne grecque ortodoxe sur l’île de Lesbos. Bon, je m'avance un peu sur sa gentillesse… j'ai toujours tendance à croire que cette qualité existe en chaque enfant.

Pour la suite… oublions la gentillesse car on le retrouve plus tard ayant choisi une carrière assez mouvementée si je puis dire, qui consistait à massacrer, piller, capturer. Oui la carrière de corsaire avait ouvert de si grands horizons à Barberousse qui s’était converti à l’islam, que Solliman le Magnifique l’avait fait bey d’Alger.

Pourquoi ce surnom de Barberousse ? Certains pensent à sa barbe teint au henné, mais tant mieux car nous aurions eu plus de difficultés pour retenir son nom : Khizir Khayr al-Dîn.

 

Une petite parenthèse pour rappeler que l’île de Lesbos a déjà connue la naissance d’une autre célébrité, la poétesse Sappho, mais bon, rien à voir avec le personnage Barberousse comme vous vous en doutez !! 

 

Revenons à la conquête de Nice qui peut commencer avec une flotte composée de navires français et de navires ottomans ceux-ci commandés par …… si vous suivez vous avez compris : l’amiral Barberousse.

 

A l’époque la flotte française comptait une soixantaine de navires, alors que la flotte de Soliman le Magnifique en comptait deux cent cinquante… vous comprenez encore mieux l'accord de François 1er.

 

Voici donc la flotte franco-ottomane qui assiège et bombarde Nice au cours d’un premier assaut le 2 août 1543. Les assaillants sont repoussés par les vaillants Niçois.

 

Mais le siège n'est pas terminé et un deuxième assaut est donné le 15 août qui vient affaiblir un peu plus Nice où tout semble perdu, la ville basse ayant déjà capitulé devant l'ennemi… 

Seulement voilà, c’était sans compter sur Catherine Ségurane !!

 

Je sais que vous l'attendez depuis un moment… mais la voilà, patientez, elle arrive !!

 

Catherine Ségurane, enfin nous allons parler de cette niçoise, simple bugadière qui lors du siège de Nice approvisionnait en eau les soldats sur les remparts du château.

Ce 15 août donc, cette brave lavandière arrive à la Tour alors que les Turcs s’apprêtent à la prendre d’assaut, la Tour bien entendu, pas Catherine ! Bien que …

Si le château tombe aux mains des turcs, la bataille est perdue !

 

Mais Catherine arrive et voit une échelle posée contre la muraille !! Bon, une échelle mais elle a la curiosité de regarder qui est sur l’échelle ?

Bien sûr, les turcs grimpent par cette échelle pour l’assaut ! (il faut suivre s'il vous plait ce n'est pas terminé!!!)

Ni une, ni deux, voilà notre Catherine qui … assomme avec son battoir à linge le porte-drapeau (oui, elle l’avait pris avec elle son battoir, comme on dit chez nous « jamais sans mon battoir » n’est-ce pas !)

Le janissaire qui était parti pour un voyage sans retour dans les étoiles se laisse prendre son étendard et ni une, ni deux, Catherine l’agite bien haut face à l’ennemi puis le brise en deux et en déchire le tissu pour le jeter vers les Turcs afin de les braver !!! Non mais !!

 

Vous avez compris que Catherine était une femme volontaire avec un fort caractère et qu'il ne fallait surtout pas énerver surtout lorsqu'elle avait son battoir en main. Oui une lavandière a en plus de son caractère, un fort coup de battoir pour frapper les draps, alors une tête de Turc !!

 

Devant ce geste héroïque, les Niçois qui étaient très affaiblis et un peu découragés en voyant les Turcs qui avaient réussi à créer une brèche dans les remparts, se sentirent galvanisés et réussirent à repousser l'ennemi.

Les fortifications de Nice sont sauvées et la rédition totale de la ville n'aura pas lieu.

 

La place de Nice capitula le 22 août 1543, mais pas le château qui, lui résista jusqu'à l'arrivée le 8 septembre 1543 des troupes impériales menées par Charles II de Savoie.

La flotte franco-turque se retire devant la résistance acharnée des Niçois de la citadelle.

 

 

 

 

Capture d’écran 2019-10-15 à 14

                                                  Le château de Nice fit l'objet de nombreux sièges notamment

                                                  en 1543, 1691 et 1705, le dernier en date ayant débouché sur sa destruction totale.

 

Certains contestent l’existence de Catherine Ségurane préférant ranger cet épisode dans les légendes.

D’autres estiment qu’il n’y a rien de légendaire dans cette histoire et pour cela ils s’appuient notamment sur l’installation du buste en marbre blanc de la lavandière  peu après les faits, sur la porte Pairolière qui semble remonter à l’année 1574. Pourquoi ce buste si peu de temps après la bataille si cette bugadière n'était qu'imaginaire ?

 

Toujours est-il que Catherine Ségurane fait partie de la mémoire de Nice au point d’en incarner l’identité et de représenter le symbole de la fidélité ainsi qu'un fort sentiment patriotique.

 

 

 Capture d’écran 2019-10-15 à 13

Buste de Catherine Ségurane

 

Capture d’écran 2019-10-15 à 14

 

 

 

 

 

 

Note sur l'emplacement du château: 

 Le 2 janvier 1706, Louis XIV donne l’ordre de détruire et d’araser à l’explosif le reste des monumentales fortifications épargné par les bombardements. Pendant 6 mois ces tirs de mines ininterrompus vont causer d’énormes dégâts dans le tissu urbain où tout un patrimoine architectural disparait à tout jamais.

L'endroit est désormais connu comme parc et jardin, lieu culte pour les habitants et place incontournable pour les nombreux touristes. Ses nombreux panoramas époustouflants et accessibles du lever du jour jusqu'à la tombée de la nuit lui ont valu le surnom de « Berceau du soleil », tant le lieu offre des paysages magnifiques et variés, selon l'emplacement où l'on se trouve sur la colline, que ce soit au lever du soleil côté Port de Nice et jusqu'à son coucher côté Promenade des Anglais (Wikipedia)

 

 

 

merci aux différents sites pour leurs photos et renseignements.