IMG_4925

Fleur de fuschia 

Un stylo et un besoin de tenter de reproduire les fleurs qui ont su si bien m'accompagner et embellir de doux instants, d'amoureux souvenirs.

Pas vraiment de disposition pour tout ce qui est peinture ou dessin, mais pas plus pour la couture ou la broderie… Peu importe, l'important est de se faire plaisir, un besoin, une nécessité. Alors pourquoi s'en priver.

Maladroitement, mais avec grand plaisir, je me lance ainsi dans des exécutions plus ou moins réussies. Même si la réussite n'est pas toujours là, le résultat est très positif puisque ces instants de "tentatives" de mes envies sont des moments de contentement. Cela ne m'empêche pas d'avoir l'oeil critique, mais qu'importe les défauts si le bonheur est là !

C'est un peu comme chaque jour de notre vie. Nous nous éveillons et nous avons le choix, tenter le bon ou le mauvais "oeil" !!

Le bon étant de sourire même si le ciel est gris et orageux, le mauvais lui risque de nous entraîner dans de tristes réflexions même si le soleil chante sous les battements effrénés d'un vol d'hirondelles ! 

Ces petits instants de chaque jour, que nous faisons sans calcul, sans contrainte, mais bien uniquement pour nous. Se faire du bien en ne pensant qu'à nous, sans devoir se sentir coupable, égoïste ou de ce que diront les autres … et cela ne se limite pas uniquement à ce genre de petites activités, nous pouvons embellir notre vie en réalisant de plus grands désirs.

Ceci m'amène à vous parler d'Amour. Car tout commence par de l'amour.

Chaque jour nous avons de multiples instants d'amour à saisir, à vivre pleinement, mais encore faut-il savoir les créer, nous les rendre accessibles. 

J'ai souvent, ici même, parlé de la nécessité de s'aimer avant tout afin de pouvoir aimer l'autre. Certains ne comprennent pas que s'aimer rime avec se respecter, alors ils m'ont dit que cela correspondait à de l'égoïsme, du narcissisme, égocentrisme… 

Parrallèllement ces personnes montrent souvent une réelle incapacité à être heureuses, à trouver un véritable équilibre dans leur vie. Des difficultés à aimer l'autre, au point de transformer l'amour en devoir, en obligation et autres dépendances. Ce qui les amène à devenir amères, aigries, ou fatalistes ne faisant que subir et non plus vivre, sans oublier celles qui attendent… attente du jour où elles pourront enfin vivre selon leurs envies, déménager, sortir avec des ami(e)s, aller au cinéma, voyager en choisissant enfin les lieux, etc.

Je connais de telles personnes qui vivent un peu dans un futur qui n'existera jamais. N'avez-vous pas entendu ce " le jour où…" ! 

Mais quel est donc ce jour ?

Pour l'une de ces personnes, il s'agissait du jour où ses parents ne seraient plus là (elle adorait ses parents et ne souhaitait pas leur mort, mais…), elle hériterait de leur belle maison, alors en attendant inutile de changer de son petit appartement pour un logis plus grand. Elle faisait même certains cadeaux à ses parents en fonction de ses propres goûts ! Puisque plus tard n'est ce pas…

D'autres qui échafaudaient des projets lorsqu'elles seraient seules (heu !! c'est-à-dire veuves !!), sans souhaiter là aussi la mort du mari, mais tout de même on y pense déjà !! 

Pourquoi ne pas oser tout simplement vivre le présent. Prendre les décisions qui nous permettent d'aimer notre vie.

Nous ne pouvons ou plus souvent, nous n'avons pas le courage de saisir notre vie.

Et l'on se culpabilise, non je n'ai pas le droit de penser à moi, non que vont dire les gens, non les enfants n'apprécieront pas (alors que les enfants vivent leur vie sans demander l'approbation des parents, heureusement !), non je dois faire des concessions pour ne pas subir de disputes et me plier aux souhaits de l'autre.

Mais où nous situons-nous, nous-même ? Où mettons nous nos limites, car oui si nous avons d'énormes possibilités qui s'offrent à nous, nous ne pouvons ignorer également que nous devons bien placer des arrêts. Il n'est pas question de tout faire exploser, surtout si l'on a jamais appris à s'aimer et à écouter ses propres désirs. Mais pourquoi ne pas commencer enfin à oser dire tout haut ce que l'on aime, ce que l'on n'aime pas, ce que l'on attend d'aujourd'hui et non pas de demain, décider seule de ce que sera notre journée, choisir ses ami(e)s non pas en fonction de l'autre mais en fonction de soi et tant pis si cela ne plaît pas, assumons.

Devenir riche de ses envies en les vivant, de ses ambitions en mettant tout en oeuvre pour les réaliser, de son amour de soi-même ce qui automatiquement rejaillira sur l'autre, les autres…

Contrairement aux exemples cités plus haut, j'ai eu la joie de partager ma façon de voir la vie avec une collègue qui avait une version très personnelle de dire stop lorsque la frénésie de la vie professionnelle, ou simplement la routine, entraînait son couple vers une vie qui ne lui correspondait plus.

Elle faisait un "sit-in" qu'elle nommait aussi grève de la cuisine ; le soir son mari la trouvait assise sur le sol de la cuisine, bras croisés, pas de repas, pas de paroles. Il comprenait immédiatement et je peux vous dire que leurs discussions fleurissaient toujours de beaux fruits, il a même changé de métier afin d'être plus disponible et consacrer plus de temps à sa famille. Quant je vous dis que l'amour peut faire des merveilles !!

C'est sur ce bel exemple de respect et d'amour que je termine.

Aimez-vous sans culpabilité, ne vous sous-estimez pas, ne vous jugez-pas négativement.

Osez vous affirmer, définir vos limites mais également vos ambitions, vos désirs, vos attentes.

Ne niez pas vos émotions, vos besoins, vos sentiments.

Si l'amour est là, l'autre, les autres, ne pourront que vous aimer encore plus et partager cette richesse qui est en vous.

Comme ces vieux murs, mettez des couleurs chaque jour !

Capture d’écran 2018-02-02 à 19

Capture d’écran 2018-02-02 à 19

Photos du net

 

Il n'y a pas de morale en amour, il n'y a que l'amour !

 

   

Capture d’écran 2018-02-02 à 18

Image pinterest