Pour la première fois, aujourd'hui je vais vous parler cuisine.

Une recette qui me parle de joyeux pique-niques où des goûters qui étaient du mode salés plutôt que sucrés à notre plus grande joie.

Maman devait passer de longues heures dans la cuisine, car non seulement elle avait cinq bouches enfantines à combler, mais bien entendu elle ne pouvait s'empêcher de vouloir également faire plaisir aux voisins en semaine, mais aussi à nos amis lors de nos journées au bord de la mer.

Je vous parle de la "coca".

Un genre de petit friand ou chausson comme on la nomme maintenant, bien remplie de "frita" qui a été confite après une assez longue et douce cuisson.

Une recette simple mais qui demande du temps, le temps de mettre beaucoup d'amour dans une pâte rapide à se mettre en boule mais dont les ingrédients qui viendront la remplir demandent à frirent puis à mitonner lentement pour en extraire tout liquide excessif et en faire une sorte de confit.

La pâte se laisse apprivoiser facilement, rien de plus facile :

Versez 250 gr de farine dans laquelle vous pouvez y creuser un puits (comme lorsque enfant nous préparions notre purée pour y accueillir le jus du rôti !!), mais là vous y verserez 1/2 verre d'huile et une pincée de sel. Vous commencez à mélanger tout en versant 1/2 verre d'eau tiède lentement. 

Vous mélangez jusqu'à l'obtention d'une pâte souple qui se met facilement en boule.

Capture d’écran 2015-10-31 à 11

Pour la frita : 10 tomates bien rouges, 2 gousses d'ail et 2 poivrons (à vous de choisir la couleur), huile d'olive, sel, poivre, thym.

Dans une poele mettre de l'huile d'olive, les poivrons en lamelles, laisser rissoler puis ajouter l'ail écrasé, prenez le temps de respirer ce bouquet qui s'échappe de votre récipient et de laisser ainsi le temps aux gousses d'ail de se fondre, puis ajouter les tomates pelées, épépinées et coupées assez finement.

Mélangez, puis salez, poivrez et fleurissez de thym (attention de penser à ôter les branches).

Laissez cuire entre 45 mn et 1 heure (selon l'eau de vos tomates).

Capture d’écran 2015-10-31 à 11

 

Séparer votre pâte en plusieurs petites boules, les aplatir en forme de lune et farcir chacune d'elles avec la frita pas trop chaude !

Refermer les cocas en écrasant les bords avec les dents d'une fourchette.

Vous pouvez les badigeonnez ensuite avec un j'aune d'oeuf. 

Après un passage dans un four à 180° pour 45 mn environ... voilà de quoi vous régaler !

Capture d’écran 2015-10-31 à 11

 

Avec la même recette et si vous avez moins de temps, ou pour donner à la coca un petit côté pizza, vous foncez un moule à tarte et y déposez la frita avant de passer au four.

Capture d’écran 2015-10-31 à 11

 

Pour une seule et grande coca, vous pouvez recouvrir à la manière d'une tourte votre grand modèle, l'intérieur sera plus moelleux.

Ma recette me vient de ma mère, qui la tenait de ma grand-mère.... donc pas d'oignon dans cette frita. Mais la grande majorité maintenant ajoute à l'ail également un oignon ou même ne met que de l'oignon !

De même beaucoup d'estomacs délicats ne supportent plus la peau des poivrons, si vous êtes dans ce cas il vous suffira de faire griller vos poivrons avant la préparation, puis de les peler !

Si vous ne supportez pas également l'acidité de la tomate, vous pouvez rajouter du sucre dans votre sauce !

Si vous n'aimez ni les poivrons, ni les tomates, ni le gluten, ni l'huile d'olive, ni l'ail...........

Passez sans vous attarder à prendre note de ma recette.

Les photos sont de mon frère qui, contrairement à moi, a pensé à prendre en photos sa dernière production de cocas. Il les réussit très bien et continue l'histoire de la famille en passant chez l'une d'entre nous pour partager sa fournée de cocas.

Il commence par ma soeur aînée, puis la soeur n°2 et ensuite ce sera pour moi ! 

Je ne sais si je vous ai donné envie de faire cette recette, mais habituellement ceux qui en croquent une, ont vite fait d'en redemander.

Quand je vous dis que c'est de l'amour ces petits chaussons dorés. Ils savent si bien nous garder en bouche et aux coeurs de si beaux et tendres souvenirs.

 

NB : Maman faisait également des cocas avec des blettes dans lesquelles elle ajoutait soit des anchois, soit du jambon (pour ma soeur aînée qui ne mange pas de poisson !), ou de la soubressade.