Capture d’écran 2015-01-31 à 09

 

Mon coeur est rouge de cette lumière incandescente que tu as mis en moi pour toujours mon frère.

Mon coeur est rose lorsqu'il se transforme en flots de brume voilant mes yeux qui ne peuvent plus te voir depuis si longtemps.

Mon coeur est bleu comme tes yeux que je retrouve en fermant les miens.

Mon coeur est blanc du pur amour que nous partagions.

Mon coeur a fait provisions des mille couleurs du bonheur grâce à toi, parti bien trop tôt mais dont j'ai eu la chance de partager de si belles années.

Je sais que si je vois la vie en multicolore tu y es pour beaucoup, puisque tu étais déjà là, petite lumière à attendre ma naissance, prêt à devenir mon grand frère.

Tu m'as confié les livres et les espoirs qui allaient m'ouvrir des horizons de liberté et qui sauraient me donner la soif d'un plus, d'un encore et d'un pourquoi pas ! 

Tu m'as donné envie de me battre même lorsque tout semblait perdu, croire en toi, croire en moi, croire en la famille, croire en mes racines !

Cependant je dois reconnaître que tu t'es battu bien plus que moi pour réussir à atteindre tes rêves tout en continuant tes combats.

Mais il est des combats qui nous rattrapent inlassablement et s'amusent à se jouer de nous, nous rappelant que même une greffe réussie ne remplacera jamais la perte d'une partie de notre coeur.  

Une île a cru pouvoir remplacer nos rivages perdus de sables blonds, mais la copie avait beau être très belle, colorée et ensoleillée, son parfum n'arrivait pas à remplacer celui si tenace qui te poursuivait. 

Nous attendions ton retour, un coup de téléphone nous a demandé de venir ramener ton corps. C'était un 24 Janvier de l'année….

Mais qu'importe l'année, c'était hier, c'était avant-hier, c'était il y a longtemps, je ne sais pas, lorsque je pense à toi c'est maintenant…. et comme tu m'accompagnes chaque jour, tu vois que tu n'es pas prêt de disparaître de moi. 

Tu es en moi car je sais que si je suis ce que je suis, si ma vie a toujours su associer des couleurs éclatantes au noir et au gris, je te le dois en grande partie.

Merci à la vie de m'avoir fait ce merveilleux cadeau, toi, mon frère. 

 

Love-Heart-Art-Pictures-HD-Wallpaper

 

Mon coeur est toujours le même pour tous ceux dont j'ai partagé l'amour et qui sont à tes côtés avec une pensée spéciale pour maman en ce jour qui est son anniversaire et qui a pu te rejoindre.

 

Car pour les mamans, rester alors que leurs enfants partent avant elles...

 

 

Quand on perd ses parents, 
 on s'appelle orphelin 
 Quand on perd son épouse, 
 alors on s'appelle veuf 
 Quand on perd sa jeunesse, bien 
 entendu, c'est vieux que l'on devient 
 Mais quand on perd son gamin, 
 y a pas de mot 

 Il n'y a pas de nom pour décrire la mère, 
 Celle qui borde son garçon au cimetière, 
 Jamais un seul poète, un seul pasteur, 
 jamais un seul auteur 
 N'a eu assez de lettres 
 pour tant d'douleur 

 Quand on perd la raison, 
 bien sûr on s'appelle fou 
 Et puis on s'appelle pauvre à perdre 
 trop de sous 
 Quand on perd la mémoire, tout d'suite 
 on est qualifié d'amnésique 
 Mais y a des choses qu'aucun mot n'explique 
 On aura beau fouiller les plus vieux dictionnaires 
 Posséder le plus vaste des vocabulaires 
 Décortiquer Baudelaire, jusque

sous terre,jusqu'à son dernier vers

 

 Il n'y a pas de mot, pas de manière 
 D'appeler le parent d'un enfant 
 qui n'est plus 
 Il n'y a pas de mot pour ça qui soit connu 

 Quand on perd ses parents, 
 on s'appelle orphelin 
 Quand on perd son mari, 
 alors on s'appelle veuve 
 Quand on perd son petit, 
 c'est évident, il n'y a pas de mot 

 Pourtant y en a des mots 
 qui nous émeuvent 
 Mais là, y en a aucun, y a vraiment 
 rien à dire 
 On ne sait même plus trop 
 si on a l'droit de vivre 
 Mais bon on vit quand même, on vit tout 
 simplement pour n'pas crever 
 On rit pour n'pas pleurer 
 des flots sans rive 

 Oui, on vit parc' que lui, 
 il n'pourra plus le faire 
 On vit parce qu'on s'dit que sans doute, 
 il en s'rait fier 

 Quand on sauve un enfant, 
 on s'appelle héros 
 Mais quand on en perd un, y a pas de mot 
 Pas de mot

  

Paroles et musique Linda LEMAY

 

 

coeur-nuage